Un canard ne meurt jamais. Inlassablement, et même si ça peut prendre un certain temps, il renaît toujours de ses cendres au moment où vous vous y attendez le moins. Ca fait quatre ans que ça dure et ça ne s'arrêtera pas de sitôt !

C'est donc avec un immense plaisir que nous publions enfin la deuxième édition de votre journal ! Et au vu de la motivation présente dans nos bureaux désormais, nous essaierons de tenir désormais un rythme plus soutenu : entendez par là plutôt bimestriel qu'annuel.

En attendant, profitez-donc de ces nouveaux articles concoctés avec amour et humour par notre nouvelle équipe, dont un ou deux membres se sont particulièrement distingués par leur masse de travail. Je ne citerai pas de nom pour ne pas qu'un syndicat aille leur dire qu'ils devraient être payés pour tout ça.



Sommaire :
Page suivante